Infos
pratiques

Vous êtes ici : Actualités > Insertion et contrats de professionnalisation : bon score pour le BTP

Insertion et contrats de professionnalisation : bon score pour le BTP

Dans le secteur du BTP, 80 % des anciens bénéficiaires d’un contrat de professionnalisation sont en emploi six mois plus tard.

16.06.2014 Posté dans : Flux BTP, A la une

C’est le bon score qui ressort d’une étude que vient de publier la DARES*  sur l’insertion des jeunes et des demandeurs d’emploi après un contrat de professionnalisation : dans le secteur de la construction, 80 % des anciens bénéficiaires d’un contrat de ce type étaient en emploi six mois après à la fin de leur contrat**.

C’est mieux que la moyenne tous secteurs confondus (76%). Parmi ces 80 %, plus des trois quarts sont en emploi de droit commun et moins de 25 % en contrat aidé (alternance principalement). Et 67,5% ont décroché un CDI dans le BTP (64% tous secteurs d’activité confondus).

Autre enseignement de l’étude : plus de la moitié d’entre eux (55%) continuent à travailler dans l’entreprise d’accueil à l’issue de leur contrat. Les employeurs qui ont formé et professionnalisé un salarié en utilisant ce dispositif tirent donc majoritairement parti de cet investissement.
Quant aux anciens bénéficiaires, ils conservent une opinion plutôt favorable de cette formule, quelle que soit leur situation à la fin de leur contrat. 90% d’entre eux, tous secteurs d’activité confondus, considèrent qu’elle leur a permis d’acquérir une expérience professionnelle valable sur le marché du travail. D’autre part, moins de 12 % des personnes en contrat dans la construction ont rompu leur contrat avant son terme, tandis que 87 % des contrats ont permis d’obtenir totalement la qualification visée dans le bâtiment (comptabilisé avec la production industrielle) - que le contrat soit allé ou non au terme prévu.

L’enquête montre enfin que, lorsqu’ils ne sont pas en emploi, les anciens bénéficiaires sont surtout au chômage (16 %) ; seuls 3 % d’entre eux s’orientent vers une autre formation professionnelle.


Pour consulter l’étude complète, cliquez ici.

L’enquête a été réalisée mensuellement par le biais d’un questionnaire envoyé tous les mois au fil de l’eau aux sortants à partir de 6 mois avant la date théorique de fin de contrat. Les personnes étaient interrogées sur la date de réelle de fin de contrat, leur situation professionnelle à la date de l’enquête, si le contrat de professionnalisation a été rompu avant le terme prévu, leur situation professionnelle six mois après la fin de celle-ci, et enfin, l’appréciation de la formule.

 

* DARES : Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social.

** Ces résultats concernent les bénéficiaires de contrats arrivés à échéance entre mars et décembre 2011.